News Loup

Retour page loup      Accueil       

I S È R E : U N  L O U P  R E C H E R C H É  P O U R  A V O I R  T U É  D E S  B O V I N S

Source Alpes Actu.com  

Les ministres de l'Ecologie, Serge Lepeltier et de l'Agriculture, Dominique Bussereau, ont autorisé l'usage de "tirs anesthésiants" afin de capturer dans les 48 heures au plus tard un loup soupçonné d'avoir tué cinq génisses et un veau en moins de dix jours en Isère, non loin d'une zone d'habitation. Le loup sera alors mis dans un parc animalier. 

En cas d'échec, le loup sera abattu par des tirs de létal. Les experts de l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage soupçonnent un seul loup d'être l'auteur de la mort des génisses. Après une quasi-disparition en France, le loup est réapparu depuis 1992 à la suite de migrations naturelles mais ses effectifs sont encore faibles : 55 selon l'Etat, 36 d'après l'Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages).

 

L A  T R A Q U E  D U  L O U P  E N  I S È R E  E S T  S U S P E N D U E

Source Alpes Actu.com 

La traque d'un loup suspecté d'avoir tué plusieurs génisses en Isère, autorisée par le gouvernement et lancée le 21 mai, a été suspendue lundi, a indiqué le directeur départemental de l'Agriculture et de la Forêt, Yves Tachker. "Il n'y a pas eu de nouvelles attaques, il reste introuvable, on va attendre de nouveaux indices", a ajouté M. Tachker.

  Une vingtaine de personnes munies de clairons et de torches avaient perturbé dans la nuit de vendredi à samedi la traque du loup près de Saint-Geoire-en-Valdaine (Isère) pour permettre à l'animal d'échapper aux tireurs de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Dix-huit agents de l'ONCFS sont mobilisés depuis le 21 mai sur des affûts ou dans des patrouilles pour tuer cet animal protégé, dont l'abattage a été autorisé après qu'il eut probablement tué 5 génisses appartenant à différentes exploitations sur des communes limitrophes du parc naturel régional de la Chartreuse. Le loup a tué sa dernière génisse le 19 mai, un bovin qu'il a reconsommé le 21 mai, juste avant le passage de l'équarisseur, et depuis il n'y a plus d'attaque sur des troupeaux. 

La traque est autorisée sur le territoire de dix communes proches de Saint-Geoire-en-Valdaine dans la zone où le loup se déplace depuis le début du mois de mai. Les associations d'écologistes et de défense des animaux contestent l'autorisation d'abattage donnée par les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. En juillet 2004, un arrêté ministériel avait déjà autorisé l'abattage de quatre loups jusqu'au 31 décembre 2004 dans les trois départements des Alpes du Sud, avant d'être étendu aux Alpes du nord et à la Drôme en septembre. Deux loups ont effectivement été abattus en octobre dans l'Isère et la Drôme. 

Un loup tué en Isère le 02-09-2005 à 20:47
  Posté le 02 septembre 2005 à 09:04:25 source Alpes Actu Un loup, suspecté d'avoir tué une dizaine de jeunes bovins en Isère, a été tué vendredi à 2H00, a indiqué le directeur départemental de l'Isère de l'Agriculture et de la Forêt, Yves Tachker. "C'est un gros mâle de 35 kilos qui a été tiré sur la commune de Saint-Sulpice des Rivoires" a indiqué M. Tachker. Après une série d'attaques dans ce secteur vallonné, au pied du massif de la Chartreuse, la ministre de l'Ecologie, Nelly Olin, avait autorisé ce "prélèvement" par arrêté ministériel paru le 18 juin au Journal officiel, qui a été suivi lundi par un arrêté du préfet de l'Isère.
Une dizaine d'agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) traquaient le loup sur le territoire de dix communes proches de Saint-Geoire-en-Valdaine, zone où le loup se déplace depuis le début du mois de mai.
Mme Olin a décidé de porter de quatre à six le nombre maximal de loups qui pourront être "prélevés", une décision vivement critiquée par les associations de défense de la nature, mais jugée insuffisante par les éleveurs qui demandent l'éradication du loup.

 

Retour Accueil